Théâtre antique d’orange

Théâtre antique
d’orange

Un lieu d’Histoire

Le Théâtre Antique d’Orange est le théâtre romain le mieux conservé en Occident, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce monument impressionnant a été édifié sous l’empereur Auguste, au Ier siècle de notre ère. Il doit sa renommée à son magnifique mur de scène. Haut lieu de spectacle à l’époque romaine, il l’est encore aujourd’hui grâce à son acoustique exceptionnelle.

-36 Arausio

-36

Arausio

La Colonia Julia Secundanorum Arausio est fondée sur le territoire de la tribu des Tricastini, peuple celto-ligure. 

-36 Arausio

Orange, Arausio en latin, est fondée en -36 par les vétérans de la IIe légion gallique de César. Cette légion s’installe après la conquête des Gaules menée par Jules César qui s’achève avec la victoire d’Alésia en 52 avant J.C.

La cité d’Arausio a été construite selon le plan classique des villes romaines : en damier avec deux axes principaux perpendiculaires : le cardo maximus allant du Nord au Sud de la ville, de l'Arc de triomphe jusqu'au Théâtre, et le decumanus maximus traversant la ville d’Est en Ouest. Au croisement de ces deux axes se trouvait le forum. 

Une ville romaine se caractérise par ses monuments publics. Elle possédait généralement un théâtre, un forum, un temple, un cirque, un arc de triomphe et des thermes. L'Arc de Triomphe d’Arausio a été construit vers 21-26 après JC, au nord de la ville pour commémorer les exploits des vétérans de la IIe Légion Gallique. Ses dimensions en firent l'un des plus importants de l'Empire romain.

100 Construction du Théâtre

100

Construction du Théâtre

Le Théâtre Antique d’Orange a été construit au 1er siècle après JC, sous le règne d’Auguste. Il a été construit avec des pierres locales : le calcaire jaune et le calcaire blanc. C’est l’un des théâtres les mieux conservés de l’Empire romain.

100 Construction du Théâtre

L’édifice a été taillé dans la colline Saint-Eutrope, diminuant ainsi les coûts de construction et assurant sa solidité. Il fait partie, avec celui d’Arles, des premiers grands édifices publics construits dans la province Narbonnaise au début de l’Empire.

À ses débuts, le mur du théâtre était richement décoré de plaques de marbres multicolores, de statues dans des niches, de frises et de colonnes. Seul décor architectural du théâtre, il n’évoluait pas pendant la représentation, mais certains éléments mobiles et accessoires étaient installés pour créer l’illusion de mouvement, d’espace et de perspective.

100 Construction du Théâtre

Le Théâtre en chiffres

Le Théâtre antique d’Orange impressionne par la grandeur de son imposante façade que Louis XIV considérait comme « la plus belle muraille de son royaume ».

61

mètres
est la longueur
de la scène

3,55

mètres
est la hauteur
de la statue
d’Auguste

103 m de long x 37 m de haut

sont les dimensions
du mur de scène

10 000

spectateurs
pouvaient être accueillis dans le théâtre.

76

colonnes
présentes à l'origine sur le mur de scène
391 Le déclin du Théâtre

391

Le déclin du Théâtre

Le théâtre, considéré au même titre que les temples comme un symbole de paganisme et de dépravation, est fermé en 391. Par la suite, la ville est envahie par des Barbares qui saccagent le théâtre.

391 Le déclin du Théâtre

En 380, l’empereur Théodose fait du christianisme la religion officielle. Cultes et plaisirs païens sont rapidement interdits. Les temples sont démolis ou reconvertis en églises. Amphithéâtres, cirques et théâtres sont fermés et laissés à l’abandon, voire pillés et utilisés comme carrières de pierres. La ville d’Orange connait le même sort. Elle devient un évêché. Même s’il reste debout, le théâtre est fermé.

Tout au long du Ve siècle, les Barbares déferlent sur l’Empire. C’est ainsi que les Wisigoths prennent la ville d’Orange en 412. Ils pillent et saccagent les monuments. Le Théâtre Antique n’échappe pas à la démolition. Les pierres des gradins sont utilisées pour faire des sarcophages, les décors du mur de scène sont arrachés, la statue de l’Empereur est détruite et le toit du théâtre est incendié. 

900 Orange au cœur de l’histoire

900

Orange au cœur de l’histoire

Au Moyen Âge, le Théâtre tombe complètement dans l’oubli et perd sa vocation de lieu de spectacles. Il est délaissé par la population et son état se détériore.

900 Orange au cœur de l’histoire

Guillaume au Cornet, comte de Toulouse et parent de Charlemagne, se voit confier le comté d’Orange après avoir arraché la ville aux Sarrasins. Son blason, orné d’un cor noir, est à l’origine de l’emblème de la ville qui représente un cornet sur trois oranges. Ses successeurs font de la ville une principauté et le théâtre accueille à nouveau des spectacles organisés par l’Eglise.

Au XVIe siècle, Orange, gouvernée par des princes protestants, est impliquée dans les guerres de religion. La ville est saccagée et les habitants fuient pour échapper aux tueries. Quelques temps plus tard, les princes d’Orange parviennent à restaurer la paix dans la cité. Cette quiétude, qui dure plus de 100 ans, permet à la ville de se développer et la population se trouve vite à l’étroit. Les habitants commencent à construire des maisons dans l’enceinte du Théâtre formant un véritable quartier traversé par une rue.

En 1789, des prisons sont aménagées dans l’épaisseur du mur de scène du théâtre ainsi que dans les basilicae, les deux tours encadrant la scène. Elles servent surtout à enfermer les détenus durant la Révolution.

1825 Le renouveau du théâtre

1825

Le renouveau du théâtre

Un mouvement d’intérêt pour l’Antiquité se développe en Europe avec une volonté générale de redécouvrir le patrimoine, héritage des civilisations passées.

1825 Le renouveau du théâtre

Prosper Mérimée, alors inspecteur des Monuments Historiques, lance un vaste programme de rénovation. Des travaux de dégagement et de reconstruction des gradins sont conduits. Le Théâtre Antique retrouve alors sa fonction d’origine pour le plus grand plaisir du public.

Partiellement restauré, le théâtre accueille pour la première fois en 1869 les « Fêtes Romaines ». Trois notables orangeois, Anthony Réal, Félix Ripert et Alphonse Bernard les organisent. Ils rassemblent ainsi plus de 10 000 spectateurs pour assister au spectacle « Joseph » de Méhul et à une cantate à la gloire des Romains, « Les Triomphateurs ». Le succès est immédiat.

En 1902, les « Fêtes romaines » sont rebaptisées « Chorégies ». La manifestation devient annuelle. Pièces de théâtre, spectacles lyriques, ballets, et concerts symphoniques vont se partager les lieux. Les célébrités se succèdent sur les planches : en 1903, la grande Sarah Bernhardt interprète l'un de ses plus beaux rôles dans « Phèdre » de Racine. 

1920 Les campagnes de fouilles

1920

Les campagnes de fouilles

Au 20e siècle, plusieurs campagnes de fouilles successives permettent de découvrir de nombreux éléments qui accrurent la connaissance du monument et aidèrent à sa restauration. 

1920 Les campagnes de fouilles

En 1920, des fouilles réalisées mettent au jour les vestiges d’un temple et de son autel, construits sur un grand dallage de pierre, au cœur d’un hémicycle. Autrefois entouré d’un portique semi-circulaire composé de 52 colonnes, quelques archéologues considèrent ces ruines comme les restes d’un cirque ou d’un stade. On pense aujourd’hui que le Théâtre et l’édifice en hémicycle constituaient un augusteum, ensemble consacré au culte de l’empereur.

En 1931, des fouilles sont entreprises sous la scène par Jules Formigé. Elles ont permis de remonter les colonnes actuellement en place, disparues avec le temps.

1971 Une aura internationale

1971

Une aura internationale

1971 Une aura internationale

En 1971, le ministère de la Culture attribue le théâtre à Avignon, l’art lyrique et les concerts symphoniques à Orange. Débute alors l’ère des « Nouvelles Chorégies », inaugurées par Carlo Maria Giulini et Montserrat Caballé. La présence d’artiste et de formations mondialement reconnus renforce l’aura internationale du Théâtre Antique.

Dans le cadre d’une grande tournée européenne mise en œuvre par Miles Copeland, le « Startruckin Tour », les plus grandes stars du rock se produisent sur la scène du Théâtre Antique durant trois jours. L’ensemble de la scène britannique y est réuni. Paris Match écrit à l’occasion d’Orange 75, en comparant l’événement à Woodstock.

Certainement l’un des plus beaux héritages de la Rome Impériale, le théâtre le mieux conservé d’Europe est inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1981. Il doit sa renommée à son magnifique mur de scène, étonnamment préservé et unique dans le monde occidental.

2002 Culturespaces, délégataire du théâtre

2002

Culturespaces, délégataire du Théâtre antique

Le Conseil Municipal de la ville d’Orange confie à Culturespaces la mise en valeur, la gestion des visites, l’animation culturelle et la promotion du Théâtre Antique et du Musée d'art et d'Histoire d'Orange. Culturespaces organise chaque année, en concertation avec la ville, de nombreuses animations (expositions, concerts, reconstitution des Légions Romaines…).

2002 Culturespaces, délégataire du théâtre

2006 Un nouveau toit de scène

2006

Un nouveau toit de scène

Le projet de cette immense verrière de 1000 m² a vu le jour en 2004 et s’est achevé en 2006 pour protéger le mur des détériorations dues aux intempéries.

2006 Un nouveau toit de scène

Au Ier siècle, les Romains avaient construits une charpente de bois supportant un toit mais tous deux ont brûlé lors d’un gigantesque incendie au IVe siècle. Plutôt que de tenter une reconstitution approximative de la charpente en bois d’origine, Didier Repellin, architecte en chef des Monuments Historiques, décide de s’orienter vers une architecture moderne. 

Ainsi, cette couverture contemporaine de verre et d’acier, fruit de recherches scientifiques et archéologiques poussées, assure une protection efficace du mur de scène et le met en valeur.

2009 La mise en valeur du Théâtre

2009

La mise en valeur du Théâtre

Culturespaces organise chaque année, en concertation avec la ville, de nombreuses animations et met en place des projets d’envergure pour mettre en valeur le théâtre et son histoire. 

2009 La mise en valeur du Théâtre

2009, la visite multimédia "Les Fantômes du Théâtre"
Renommée plus tard "Des Romains aux Chorégies", cette visite invite à un voyage au cœur des grandes heures qui ont rythmé 20 siècles d’histoire du Théâtre Antique. Mondialement connus ou plus insolites, les personnages qui ont foulé la scène de ce lieu réapparaissent grâce à la magie du multimédia. 

2019, la réalité virtuelle s’invite au Théâtre Antique d’Orange
Le monument historique a fait l’objet d’une reconstitution digitale en 360° que les visiteurs peuvent expérimenter à l’aide d’un casque de réalité virtuelle. Propulsés au 1er siècle avant J.C., ils sont invités à assister à l’édification du théâtre, depuis la fondation de la cité d’Arausio jusqu’à son inauguration.

2019, les Augustales 
Culturespaces met en place au Théâtre Antique d’Orange un programme d’animations afin de faire découvrir la romanité au public. La visite est ponctuée d’activités autour de la romanité afin de faire revivre la vie du quartier du Théâtre, centre social, politique et religieux de la cité d’Arausio.

2009 La mise en valeur du Théâtre