Vue intérieure du Théâtre Antique d'Orange

Adolphe et Émile Rouargue

Vers 1835
Localisation : Salle du Cabinet de Curiosité

Don Edith de Gasparin, 1965

 

L'intérieur du Théâtre Antique est ici représenté après les démolitions des maisons qui avaient envahies le mur de scène et les gradins. En effet, après avoir été incendié, le Théâtre perdit sa fonction primitive. Au Moyen Âge, au sommet du mur de scène, à 36 mètres de hauteur, fut installée une guérite afin de permettre un poste avancé de défense et de surveillance du château qui dominait la colline Saint-Eutrope. Puis, progressivement, le monument fut envahi par des maisons. Ce véritable quartier, à l'abri du mur, était traversé de part en part par une rue permettant d'accéder à la paroisse Saint-Florent. Ce n’est qu’à partir de 1825 que les Monuments Historiques décident le déblaiement du Théâtre. 

Dans cette œuvre, l'emplacement de la scène est encombré de fragments architecturaux de toute sorte : colonnes, corniches, chapiteaux... Deux groupes de visiteurs semblent deviser et pointer du doigt les particularités du lieu.
Orange est célèbre grâce à son Théâtre Antique. Le mur de scène apparaît sur cette gravure dans un état de conservation remarquable, flanqué de ses parascaenia (bâtiments latéraux). Sur cette vue, c'est la parascaenia orientale qui est dessinée. On distingue les vestiges de la cavea en hémicycle avec des traces d'escaliers radiaux, dont l'ensemble prenait appui sur la roche abrupte de la colline Saint-Eutrope.